Petite enfance : pour une aide départementale plus juste

Le conseil général a mis en place une allocation départementale pour l’accueil du jeune enfant (ADAJE appelée aussi BB DOM 92), pour les parents d’enfants de moins 3 ans, gardés hors des crèches classiques et familiales et ont recours à une auxiliaire parentale à domicile ou à une assistante maternelle.

L’allocation est versée mensuellement aux familles résidant dans les Hauts-de-Seine.

L’allocation départementale s’élève à :

   * Première catégorie : 100 € par famille et par mois dans la tranche des revenus compris entre 22 146 € et 80 000 €    * Deuxième catégorie : 200 € par mois pour les familles dont les revenus sont inférieurs à 22 146 € (revenus nets imposables) et aux familles ayant un enfant handicapé de moins de trois ans et percevant l'allocation d'éducation spéciale, sans condition de revenus.

Les catégories annoncées sont injustes, cela reviendrait à dire qu’un couple touchant 3300€/mois chacun avec un enfant à charge, touche la même aide c’est à dire 100 €, qu’un couple touchant 950 €/mois chacun en ayant 3 enfants à charge.

La redistribution de cette aide est tout simplement inégale.

Là ou la CNAF décrit 12 catégories différentes en fonction des revenus du foyer et de la composition du foyer, pour le complément du mode de garde, cette aide ne voit que 2 catégories.

En 2006, le département y a consacré plus de 14,1 millions € : près de 11 300 familles étaient bénéficiaires de cette allocation à la fin de l’année. Cela équivaut à 104€ par mois par famille, avec un calcul approximatif moins de 10% des bénéficiaires font partie de la première catégorie , c’est à dire celle qui en le plus besoin !

Il faut revoir à tout prix la redistribution de cette aide qui ne va pas au plus démunis qui mais plutôt aux tranches les plus aisées.

Pourquoi ne pas revoir le seuil des revenus (80000€) à la baisse, et fractionner les catégories plus équitablement.

Un amendement déposé par le groupe socialiste en ce sens a été rejeté le 01 juillet 2005 :

« Aussi pour les ménages dont les revenus annuels se situent entre 32 493€ et 80 000€*, l’A.D.A.J.E demeure d’un montant de 100€.

Pour les ménages ayant des revenus annuels compris entre 22 146€ et 32 493€*, l’A.D.A.J.E devient d’un montant de 150€.

Pour les ménages ayant des revenus annuels inférieurs à 22 146€*, elle est d’un montant de 200 euros. » Pour un département plus juste, votez le 9 mars pour les candidats socialistes.

Lire l'article sur le site de campagne 
2 réponses
  1. Gwen
    Gwen dit :

    Attention aux effets de bord : il faut quand même voir que les plus démunis ont quand même plutôt recours à la crèche qu’à l’assistante maternelle. Quant à employer une garde à domicile, pour un couple ayant un revenu de moins de 2000 euros par mois, c’est à mon avis impossible : cela coûte au minimum 1000 euros par mois hors déductions d’impôts… Et c’est pas 50 euros de plus qui vont changer grand chose, même si je suis d’accord sur le fond avec votre proposition.

    Répondre
  2. H2B
    H2B dit :

    La place en crèche c’est plus si on a de la chance que parce que on n’a pas les moyens malheureusement.
    Par expérience j’ai du faire appel à une assistantes maternelle, et sans les aides il est clair que je n’aurais pas pu suivre, et j’aurais arrêté de travailler.
    Si il existe des aides autant qu’elles soient justes c’était le sens de mon billet, car les aides ne sont qu’une des solutions pour élargir les solutions de mode de garde.
    Augmenter le nombre de places, favoriser les crèches en entreprise, ce sont d’autres solutions…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *