Déclaration de principe

Ce soir nous avons eu une réunion de section (PS) sur la déclaration de principe qui doit être adoptée le 29 mai prochain par tous les militants socialistes. Ca sera la 5° déclaration, la première en 1905, puis 1946, 1969, 1990 et maintenant 2008.

C’est le texte de base des socialistes qui fait que malgré nos divergences au sein du PS nous somme tous socialistes, je vous invite à le lire ce n’est pas très long , mais avant le débat sur les orientations politiques du prochain congrès, il est intéressant de l’avoir en tête.

9 réponses
  1. le Nonce
    le Nonce dit :

    Mon avis sur la déclaration de principes du PS Ce texte est a comparé avec les textes de 1905,1945, 1969 et 1990. Il permet de traiter l’évolution du langage et de la sémantique socialiste. Il traduit aussi une évolution idéologique. Sa rhétorique abandonne le terme de classes sociales et intègre de nouvelles thématiques comme l’écologie. On peut conserver une lecture de la société par les classes sociales sans pour autant être identifié au marxisme. Le texte procède d’une réflexion entre réformisme et libéralisme . Il donne effectivement congé à la rhétorique de la révolution, mais ne consacre pas pour autant une identité libérale au parti socialiste. J’observe que la notion de réformisme radical a un goût d’oxymore (réformisme de gauche) ou encore des distinctions sibyllines sur le mode « oui à l’économie de marché, non à la société de marché ». Il y a une cohérence intellectuelle dans le sens où le réformisme est une méthode et le terme radical renvoie à une vision. Mais le texte reste dans une sorte d’ambigüité, un double discours qui prête à des interprétations plurielles. Ambigüités qui persistent dans sa lecture sociale et dans son rapport à la société. La réactivation de la notion républicaine d’intérêt général est un peu vide de sens. Les formules réductrices comme « l’intérêt général », « le peuple tout entier » masque son insuffisance de travail du PS sur la lecture sociale et permet plusieurs approches : – un basculement dans une société de l’individu avec une démission du collectif représentatif – une problématique du salariat, et du monde du travail – une entrée dans un processus de fragmentation du travail à l’intérieur des classes sociales traditionnelles Le compromis social qui serait à la base d’une stratégie et du soubassement du projet idéologique restent flous. En effet, en 199 Le PS parlait d’un nouveau compromis entre les classes moyennes et les classes populaires. Or les classes sociales sont en crise. La conscience de classe a reculé. Le PS à tendance à fataliser cette question mais oublie de dire que ce qui fait classe concerne aussi l’offre politique. Les politiques ont a créer de l’identification. La droite actuelle prospère sur les divisions et les fractures du prolétariat. Le substrat sociologique de la droite est l’individualisme (travailler plus pour gagner plus). La gauche (et pas seulement le PS) doit réidentifier des adversaires de classe. Les inégalités, données sociologiques majeures, que la déclaration ne prend pas en compte explosent et ne fondent pas le diagnostic du texte. En conclusion, le PS n’a pas voulu assumer un réformisme déclaré en abandonnant toute perspective utopique d’une rupture avec le capitalisme. Ce texte reflète que le PS n’est plus un parti populaire.

    Répondre
  2. H2B
    H2B dit :

    La déclaration de principe n’est pas un programme ni une orientation politique, ces derniers font l’objet d’un congrès démocratique régulier dont un cette année. Oui réformisme, pour trouver des solutions actuelles à nos questions sociales et ne pas resterfiegr avec des solutions qui ne sont plus applicables aujourd’hui. L’objectif reste le meme, meilleure repartituion des richesses, et réduire les inégalités sociales en tirant vers le haut ceux qui sont en bas. Et en rabaissant ceux qui sont illégitimement en haut.

    Répondre
  3. Le Nonce
    Le Nonce dit :

    pour prolonger ma réflexion, je dirais que le PS est en train de faire son aggiornamento (ou Bad Godesger) comme l’a déclaré récemment F Hollande mais sans le dire ni l’écrire dans sa déclaration de principe d’où son ambivalence. afin d’éclairer nos fidèles lecteurs, voici quelques explication sur ce fameux congrès: le congrès de Bad Godesberg en 1959, est important pour les sociaux démocrates allemands, car c’est à ce congrès que toute référence au marxisme a été anbandonnée, tranformant le SPD en parti se soumettant « à la main invisible de l’économie de marché ».A cette occasion, le SPD a remisé dans les placards de l’histoire tout décryptage de la réalité sociale par le critère d’antagonisme de classe. Le PS français avait toujours refusé de s’aligner sur les autres partis socialistes qui avaient emprunté cette voie (suédois en 1932 et espagnol en 1979). Le PS dans son évolution idéologique et dans la perpectives des ralliements à venir souhaite avoir une ligne politique cohérente présentée par une majorité autour d’un contrat (ceux qui pensent tout simplement la même chose). La fausse concurence entre Delanoe et Royal participe à leur manière à une mise en scène d’image partageant une vision liquidatrice du social ouivrant les vannes au social-libéralisme. De plus Royal ayant donné le ton avec Bayrou, l’abandon d’une lecture de classe renforce les tentatives visant à estomper les contours du clivage droite-gauche dont l’ouverture gouvernemental est une illustration.

    Répondre
  4. joelle(opinion-citoyenne.com)
    joelle(opinion-citoyenne.com) dit :

    Le nonce, ne nous faite pas croire que vous savez réfléchir et méditer seul. Ce vocabulaire élaboré ne ressemble pas à votre style d’écriture habituel auquel nous sommes habitués. Dommage que vous ne citiez pas vos sources. La plupart de votre réflexion est un plagiat d’une interview publiée dans le journal l’humanité entre Rémi Lefebvre, professeur en science politique à l’université de Reims, et Laurent Baumel, responsable national aux études du Parti socialiste et maire de Ballan-Miré (Indre-et-Loire). Chers lecteurs de ce blog je vous conseille de lire l’original de cette réflexion commune en suivant ce lien… http://www.humanite.fr/popup_imprimer.html?id_article=875696 Maintenant ma réflexion Le Nonce, que je n’ai pompé nulle part ailleurs : Il est vrai que le parti communiste est un grand parti populaire qui a su brillamment rassembler 1% d’électeurs à la dernière élection présidentielle. Vos dirigeants sont très certainement incompris par tous les électeurs de gauche.

    Répondre
  5. H2B
    H2B dit :

    Joelle, je me doutais d’un copier-coller, mais je n’ai pas pousser trop l’investigation, Le nonce: démasqué! Juste à voir son deuxieme commentaire qui à une mise en forme particulière… Il faut réagir avec ses mots, vaut mieux renvoyer à une idée qui n’est pas la notre mais qu’on adopte que de recracher le texte des autres…

    Répondre
  6. Le Nonce
    Le Nonce dit :

    les 1% du PC justifie t il pour autant le renoncement du PS en une vision d’un monde sans classe sociale dans une économie de marché ? Bon, je vais me refaire une santé en allant diner avec des amis socialistes de Paris.

    Répondre
  7. Joelle
    Joelle dit :

    Je vous invite a lire l’excellente interview sur Marianne de cette semane entre ségolène Royal et Olivier Besançenot. Le débat sur l’économie de marché , un des thèmes abordé est très bien débattu entre ces deux protagonistes. A moins que vous limitiez à lire le journal de l’Humanité.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *