Appel aux élus altoséquanais au parrainage des oubliés de St Paul

Je vous faisais part en septembre dernier de la constitution d’un comité de parrainage pour les oubliés de Saint Paul, c’est désormais fait. Première réunion ce mercredi 29 octobre à partir de 18h30 ,dans la salle paroissiale de l’église StPaul, bd Emile Zola. Ci joint un résumé de la situation fait par mon collègue (Vert) Manuel Devillers.

Il y a quelque temps, un appel vous a été lancé à partir de l’église Saint-Paul de Nanterre pour le parrainage de sans-papiers. Il s’agit des « Oubliés de Saint-Paul », restés sur les lieux après l’occupation, de la fin avril à la fin juillet, de ces locaux paroissiaux organisée par le CSP 92 et interrompue arbitrairement par les responsables du collectif d’alors sous la pression de la préfecture.


Bref rappel des événements

Ayant pour la plupart abandonné travail et logement à l’occasion de cette occupation, les 58 restés sur place, dont les dossiers n’avaient même pas pu être transmis à la préfecture, se sont sentis floués et ont refusé de se résigner à abandonner leur lutte pour retrouver une existence au grand jour au sein de la société française.

L’église leur a accordé un statut officieux d’invités et entretient un lien d’amitié et de solidarité avec eux, tout en se trouvant de fait occupée pour une durée actuellement imprévisible, la préfecture ayant totalement ignoré leur existence jusque récemment.

Les choses ont semblé bouger quelque peu le 8 septembre, lorsqu’une délégation des sans-papiers et de leurs soutiens a pu être reçue au cabinet du préfet, qui a abouti à un rendez-vous la semaine suivante pour la remise de la liste des 58 personnes présentes à Saint-Paul, avec l’indication de leur situation familiale, de la durée de leur présence en France, de leur domiciliation ou non dans le département, de leur situation à l’égard de l’emploi et éventuellement la possession d’une promesse d’embauche, assortie du paiement de la taxe obligatoire pour l’emploi de travailleurs immigrés.

Mais le jour dit, les porte-parole, qui n’ont été reçus que sur le parking derrière les grilles de la préfecture, se sont vu adresser une fin de non-recevoir et l’exigence de remettre les dossiers complets des intéressés, sans aucune garantie quant aux modalités d’étude de ces dossiers ni de calendrier de convocation des personnes. Un nouveau rassemblement devant la préfecture mercredi dernier a été suivi d’un échange téléphonique ouvrant sur un compromis : les porte-parole des sans-papiers de Saint-Paul seront reçus demain avec les dossiers, pour une discussion sur la façon de procéder à leur examen (critères pris en compte, ouverture de la liste des métiers reconnus pour une régularisation, etc.). Malgré toute la prudence nécessaire, il faut sans doute considérer cette étape comme une ouverture permettant d’envisager une issue à la situation des « Oubliés de Saint-Paul ». Le parrainage d’élus interviendrait alors au bon moment pour accompagner ce mouvement et conforter les chances d’aboutissement.


Qu’implique ce parrainage ?

Plusieurs d’entre vous ont déjà fait l’expérience par le passé de parrainer des sans-papiers, ce qui n’est pas mon cas. Le premier signe donné par cet acte est à destination de la préfecture, et du préfet plus directement. Il lui signifie que telle personne nommément désignée est reconnue et soutenue par la cité dans sa quête d’une vie digne au grand jour, après des années de participation à la vie économique du pays tout en vivant caché et traqué.

Vis-à-vis de la personne sans papiers, il est l’affirmation qu’il peut compter sur quelqu’un pour le conseiller, le soutenir moralement et le cas échéant l’aiguiller vers des tiers spécialisés dans les domaines juridique, de l’emploi, l’accompagner ou lui trouver un accompagnateur dans ses démarches auprès de la préfecture, parfois au tribunal administratif dans les cas de recours contre une OQTF (obligation de quitter le territoire français), etc. La présence physique d’un simple observateur peut influer sur l’attitude des administrations.

Le parrain ou la marraine connaît le dossier et l’histoire de la personne parrainée

Un engagement qui n’est pas anodin, mais précieux pour des gens qui ne bénéficient d’aucune reconnaissance.

Si vous vous sentez à même de prendre un tel engagement, vous êtes évidemment les bienvenus et les sans-papiers de Saint-Paul vous en sont reconnaissant. Pour mettre au point ce parrainage, auquel participeront aussi des élus socialistes et communistes de notre département, une première réunion est prévue dans les locaux de la paroisse Saint-Paul

ce mercredi 29 octobre à partir de 18h30, bd Emile Zola, tout près de la préfecture.


D’avance, au nom des « Oubliés de Saint-Paul », je vous en remercie de votre soutien et de votre présence.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *