Égalité des droits: le droit de vote des étrangers est une urgence démocratique!

Égalité des droits: le droit de vote des étrangers est une urgence démocratique!

  • Samedi 28/08/2021 – 9H30
  • École d’Architecture – Studio 03

Le sondage réalisé fin mai 2021 par Harris interactive confirme qu’une majorité de Français est favorable au droit de vote des étrangers. Sa particularité est que la question posée concerne l’ensemble des élections locales. A la suite des élections départementales et régionales auxquelles les étranger·e·s n’ont pas participé, il est réconfortant de constater que cette situation d’exclusion démocratique ne reçoit pas l’approbation d’une nette majorité de la population et qu’ à part les sympathisants de l’extrême droite, toutes les classes étudiées sont nettement plus favorables qu’en 2013.

Le collectif j’y suis j’y vote, à l’origine de ce sondage, n’a cessé d’interpeller les candidats à toutes les élections sur cette anomalie ( voir le site jsjv.fr). C’est au niveau national que la décision de modifier la constitution et de rectifier ce déficit démocratique peut être prise. Il faudra intensifier notre combat au moment de la présidentielle et des législatives de 2022.

Porteurs d’activités

Collectif J’y suis j’y vote
FTCR/ LIGUE DES DROITS DE L’HOMME/ ASECA/ ATTAC France

Intervenant⋅e⋅s

Habiba BIGDADE LDH/ Mohamed Ben Said FTCR / Alain Esmery LDH / Bernard Delemotte ASECA / Pierre Gineste ATTAC / Christian Fabry ASECA /

145. Égalité des droits: le droit de vote des étrangers est une urgence démocratique! – Université d’été des Mouvements Sociaux et des Solidarités

, ,

Mobilisations : 3, 16 et 30 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides

C’est la trêve des confiseurs, mais pour autant il ne faut pas s’arrêter de dénoncer cette loi sécurité globale qui aussi a fait des petit avec 3 décrets du gouvernement sortis début décembre qui visent à élargir le fichage.

On a beaucoup parlé de l’article 24, concernant l’interdiction de filmer les forces de l’ordre en direct, sous peine 1 an de prison et 45 000€ d’amendes.

Mais c’est aussi la loi sécurité globale c’est aussi la privatisation de la sécurité des biens et des personnes, qui va nous tomber dessus, en gros il n’y aura plus de différences entre les détenteurs de la force publique et les agences de sécurité privés dans plusieurs domaines et pas de moindres.

Les agents de sécurité privée pourront faire des palpations, auront des missions de surveillance que seule la police nationale avait.

Ils pourront être armés, leur formation et leur sélection seront très éloignées de celles des forces publiques de l’ordre, et quand on sait que dans la police elle-même le niveau a baissé ( cf. l’ article de parisien du 28 décembre) on peut craindre le pire.

C’est un marché juteux estimé en milliards d’euros, la concurrence fait aussi craindre la création d’une multitude d’agence sans centralisation ni structuration.

On s’avance  donc plus vers un service de marché, alors que la sécurité des citoyens une mission de service public.

Il faut savoir aussi que vous pourrez être poursuivi si vous dites un mot de travers à un agent de sécurité privée, et oui, l’outrage pourra être aussi évoqué.

Alors que les forces de l’ordre sont là pour préserver l’intérêt public, les agents de sécurité privée ne sont là par principe que pour protéger des intérêts privés, pourront exercer leur mission sur tout le monde.

Aujourd’hui seule la parole de la police pèse, compte, et nous savons combien il y a aussi des mensonges qui sont découvert grâce aux vidéos, car les témoignages civils, pèsent peu

Nous avons eu l’exemple de l’histoire de Belfort, où seule la parole officielle a été relatée dans les médias dans un premier temps, pour une bagarre pour soi-disant car le plaignant musulman avait fêté noël, alors qu’il est apparu par la suite que c’était un fait divers d’une bagarre entre connaissances pour des raisons, non sensationnelles.

Bref pour vous dire que la vidéo est essentielle pour la justice pour contrebalancer les versions dites officielles, difficiles à déconstruire.

On a comme l’impression cette loi vise surtout la securité des forces de l’ordre et non la sécurité des citoyens.

Ce n’est pas pour rien que l’ONU, le conseil de l’Europe et autres défenseurs des droits denoncent ces atteintes à la liberté d’informer.

Dans cette loi, les drones pourront être déployés légalement dans l’espace public, en plus d’une augmentation de la surveillance de masse par les caméras fixes, on aura une surveillance de masse mobile.

La reconnaissance faciale associée, permettra l’identification de toutes les personnes dans une manifestation par exemple.

Les données collectées pourront être versées aux fichiers nouvellement élargis, on pourra donc savoir avec qui vous manifestez, vos opinions politiques, syndicales et même religieuses

La proposition de loi et les 3 décrets du 2 décembre seront contestés tant qu’ils ne seront pas abandonnés.

Les mobilisations de janvier continuent.

3 dates à retenir :

Le dimanche 3 janvier une marche blanche en hommage à Cédric Chouviat, organisée par la famille, rendez-vous 14h place de l’Uruguay dans le 16 ème arr. de Paris.

Le samedi 16 janvier la marche des libertés, partout en France en écho aux mobilisations de novembre

Le samedi 30 janvier à Paris, une manifestation de grande ampleur avec l’intervention de plusieurs personnalités

Communiqué de la Coordination Contre la Loi Sécurité Globale

Chaine YouTube de la Coordination Contre la Loi Sécurité Globale

, ,

La galère des prises de rendez-vous à la préfecture – Marche des Solidarités vendredi 18 décembre 2020

La galère des prise de rendez-vous à la préfecture et je pense que tout le monde a connu pour ses proche ou entendu parler de cette difficulté de prendre rendez-vous  pour déposer un dossier de régularisation, une première demande ou un renouvellement.

Avant on pouvait voir ces files d’attente interminable devant les préfectures, aujourd’hui ces files d’attentes sont invisibilisées par ce nouveau système de prise de rendez-vous en ligne.

Cela a commencé par le premier confinement où on a vu les préfectures fermer leurs portes.

Au déconfinement, ils n ‘ont pas rouvert leurs portes et ont mis en place des rendez- vous à pendre en ligne pour déposer les dossiers constitués.

Sauf que là ça coince, impossible de prendre des rendez vous, l’écran montre systématiquement qu’aucun créneau  n’est disponible et de recommencer encore et encore.

Certains parfois essayent la nuit, des l’ouverture de nouveaux créneaux, et ce n’est pas satisfaisant.

Certains essayent depuis 6 mois, sans succès, et vous imaginez bien les conséquences :

Pour des personnes qui pourtant la régularisation est une formalité, qui remplissent toutes les conditions c’est un véritable cauchemar.

A la mobilisation jeudi dernier devant le tribunal administratif de Montreuil une jeune femme témoignait : embauchée dans  un service d’aide à la personne, qu’elle n’a pu être renouvelée, faute du renouvellement de sa demande de titre de séjour, et aujourd’hui elle risque de perdre son logement, faute de salaire.

Ce sont aussi des jeunes arrivés souvent bien avant l’âge de 13 ans qui ont le droit à une régularisation avant leur 18 ans, qui ne peuvent ni faire de petits boulots

ni envisager des contrats d’apprentissage avec des entreprises.

Une fois leur majorité atteinte c’est d’autres démarches plus complexes encore.

Puisque le Code du Séjour impose aux jeunes devenant majeurs de solliciter leur régularisation dans leur 19ème année, alors qu’ils ne peuvent trouver de RV depuis des mois, qu’ils voient leur parcours de formation fragilisé et leur insertion sociale et professionnelle compromise.

J’écoutais encore ce matin un jeune homme qui témoignait qu’il n’avait pu finaliser l’inscription dans un club de foot qu’il convoitait pour faute de papiers d’identités en règle !

Tous ces parcours de vie brisées par le simple fait de ne pouvoir décrocher un foutu rendez-vous pour déposer un dossier, dument constitué.

Nous n’échappons pas à la mise en place de trafic de rendez-vous en parallèle vendu à prix d’or, tout ça pour un accès au droit !

Car tout cela enfreint l’accès au droit le plus élémentaire, l’admission exceptionnel au séjour existe c’est dans la loi !

Ces pratiques préfectorales vont au-delà de là législation, qui prévoit différentes voies d’accès au séjour et devrait garantir à chacun de pouvoir déposer son dossier, recevoir un récépissé de dépôt et faire l’objet d’une décision, elle-même susceptible de recours.

En dépit des diverses interpellations, les préfectures et sous-préfectures ne prennent pas les mesures nécessaires pour régler le problème. Ce silence est terrible pour les personnes qui attendent toujours de sortir d’une situation irrégulière qui leur est imposée.

Il faut dénoncer qui est ces organisations préfectorales : car en vrai elles cachent :

-la réduction drastique des créneaux pour déposer les dossiers,

– la réduction des personnels affectés au traitement des dossiers,

En somme le recul des services publics, aux étrangers.

Il serait inimaginable que pour d’autres démarches on puisse traiter les administrés de la sorte !

Du coup les organisations de défenses des droits tels que RESF, la LDH ou encore le SAF syndicat des avocats de France

montent au créneau en déposant des référés au tribunal pour tenter d’imposer la délivrance de rendez-vous aux personnes qui le demandent.

Et c’est tout un travail fastidieux, il faut faire des copies d’écran de son ordi ou portable, et tout le monde ne sait pas forcement faire,

-faire des requêtes par mail pour montrer l’impossibilité de prendre rendez-vous,

-envoyer des courriers avec AR avec toutes ces pièces, tous cela pour montrer sa bonne foi

Toute personne doit pouvoir obtenir un rendez-vous physique, pas seulement par le biais d’Internet.

Et on a juste l’impression que derrières ces difficultés c’est la volonté à peine voilée de ne pas régulariser, mais ça bien sûr ils ne le diront jamais.

Faire peur et envoyer des signaux pour limiter l’immigration, mais ces femmes et ces hommes  vivent ici ; travaillent,  vont à l’école.

Et ce ras le bol est aujourd’hui illustré par

La Marche des Solidarités et les États Généraux des Migrations qui a débuté en mai dernier.

Et ce vendredi 18 décembre, ce sera l’acte 4 de la marche à Paris, avec un rendez-vous national à 18h place de l’opéra en direction de l’Hôtel de Ville.

Cette date a été choisie car c’est la journée internationale des migrants avec des mobilisations un peu partout dans le monde.

Se mobiliser pour leur droit c’est se mobiliser pour les nôtres.

, ,

Le non recours aux soins et la lutte contre le Sida pendant l’épidémie

Le non recours aux soins et la lutte contre le sida pendant l’épidémie.
Chronique enregistrée en direct sur France Maghreb 2, le 2 décembre 2020.

Texte
C’est bientôt les fêtes de fin d’année, et le nouvel an et on va se souhaiter une bonne année et une bonne santé.
Et je pense qu’on va être tous d’accord, que cette année ce souhait prend toute son sens !!!

La santé….qui n’était pas jusque-là un sujet prédominant dans les médias et à tort, car d’après une étude, la première préoccupation des français c’est la santé !!!!
Et c’est année 2020 on n’a jamais parlé autant de santé, on a découvert, ou redécouvert le ministère de la santé, on a découvert santé publique France, les ARS et toutes l’autre organisation de santé.

On a découvert l’état de délabrement de nos hôpitaux publics en termes de moyens matériels et de capacité pour faire face, non seulement à cette crise sanitaire mais aussi au quotidien.
Bref on pourra dire que 2020 est marquée par notre intérêt pour la santé.

Mais paradoxalement on n’a jamais eu autant moins recours aux soins durant cette année :
Cela s’explique par dans un premier la fermeture des cabinets médicaux ou à la restriction de leur accès ce qui a entrainer l’annulation de rendez-vous non liés à la Covid.
Et puis dans un deuxième temps, à la peur de certaines personnes de rentrer en contact avec des porteuses de la Covid donc la peur d’attraper le virus.

Peut-être que certaines auditeurs n’ont pas eu recours aux soins pour l’une de ces deux raisons, on peut leur poser la question.

A cela se rajoute que déjà dans les territoires ou le recours aux soins déjà n’était pas optimum, pas besoin de vous dire qu’avec cette crise ça s’est empiré, que ce soit dans les quartiers dits politique de la ville ou certaines zones rurales, qui manquent cruellement d’offre de soins.

En pratique c’est quoi, des maladies non détectées, des prises en charges de maladies chroniques comme le diabète, insuffisance respiratoire mal soignée, qui seront beaucoup plus compliqué à soigner plus tard et donc beaucoup plus cher à la société.

Des retards de diagnostic de cancers par exemple, j’écoutais un médecin la dernière fois, qui voyaient des tumeurs à un stade avancé qu’on ne voyait plus depuis des années car d’habitude, les personnes sont prises en charge en amont d’arriver à ce stade.
Ça c’est pour les maladies chroniques, et c’est déjà beaucoup, à cela il faut rajouter d’autres épidémies qui courent toujours partout dans le monde comme notamment le VIH, qui a 40 ans.

D’ailleurs hier c’était la journée internationale de lutte contre le sida, et à cette occasion il a été annoncé tout comme les autres maladies un recul du dépistage du VIH.
Je me permets du coup d’en parler car on en parle moins es derniers temps.

Car comme la Covid, si on ne connait son statut sérologique, le virus peut continuer de se propager, même si les modes de contamination sont heureusement plus complexes que la Covid.

On a connu une baisse de 50% des dépistages, et le déconfinement n’a pas permis de rattraper ce retard.

Alors que ces dix dernières années on a vu la baisse des infections du VIH, et une baisse des décès liés au Sida, les associations craignent que la contamination reparte à la hausse.
D’autant plus que la prise des médicaments permet de rendre le VIH indétectable, cette charge virale dans le sang très basse contribue à stopper la contamination.

Il faut le redire mais une personne séropositive, sous traitement aujourd’hui ne transmet plus le virus
D’ailleurs l’objectif mondiale est le 90-90-90 c’est à dire
Que
90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique.
90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable.
90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

Si cet objectif est atteint, on aura mis fin à cette épidémie de près de 40 ans.
Et avec ce que je viens de vous dire ça ne sera pas pour cette année certainement.

Néanmoins je vous souhaite une bonne année et une bonne santé !

, , ,

La LDH 92 se mobilise contre la proposition de loi Sécrurité globale

Vidéo enregistrée le 23 novembre 2020

La réponse de nos députés : La LDH 92 a écrit la semaine du 16 novembre aux 13 députés des Hauts-de-Seine pour les interpeler au sujet de la proposition de loi dite sécurité globale #pplloisecuriteglobale: Elsa Faucillon, Christine Hennion, Isabelle Florennes, Céline Calvez, Constance Le Grip, Jacques Marilossian, Jacques Maire, Thierry Solère, Florence Provendier, Laurianne Rossi, Jean-Louis Bourlanges et Frédérique Dumas. Seules Elsa Faucillon et Frédérique Dumas ont répondu. Le vote solennel de la loi aura lieu mardi 24 novembre, vous pouvez encore interpeler les députés via ce lien ✅ https://www.ldh-france.org/loi-securi… Mobilisons-nous! Restons en contact ! #StopLoiSecuriteGlobale