Trentième anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme

Trentième anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme

habibabigdadeTribune du mois de décembre du Nanterre Info

« Pour que la société bouge encore, il faut continuer à marcher! » C’est par cette phrase que Toumi Djaidja, finissait son interview accordée au journal Le Monde le mois dernier.

 

En Juin 1983, Toumi Djaidja a lancé l’idée d’une « marche pour  l’égalité  et contre le racisme» depuis son lit d’hôpital après avoir été blessé par un policier dans le quartier des Minguettes où il vivait.

 

Le 15 Octobre 1983 sur fond de tensions entre jeunes et policiers, une cinquantaine de filles et fils d’immigrés, de militants antiracistes quittaient Marseille pour dénoncer les crimes racistes ainsi que les inégalités de traitement et de droit auxquelles les enfants d’immigrés étaient confrontés. Deux mois et un millier de kilomètres plus tard ils étaient attendus à Paris par 100 000 personnes

 

A leur arrivée, François Mitterrand, accueillait une délégation et profitait pour annoncer la création d’une carte de résident de 10 ans.

 

A l’initiative d’ une génération d’enfants d’immigrés arrivée très jeune ou née en France, cette « Marche pour l’égalité et contre le racisme », rompait définitivement avec le silence de cette population immigrée venue pour travailler vivant dans des conditions difficiles en marge de la société et confrontée quotidiennement au racisme.

 

 

 

Cette marche qui avait comme principale revendication le droit de vote des étrangers toujours d’actualité, provoqua en 1983 un véritable électrochoc. Pour la première fois la France se réveillait multi culturelle.

 

Un peu partout sur le territoire les héritiers de la marche commémoreront ces prochains jours cet événement. Comme  leurs parents et en hommage à leurs grands parents ils marcheront , le 7 décembre prochain à Paris et ailleurs.

 

Au-delà de ces marches symboliques qui permettront de ne pas oublier cette initiative citoyenne, La Fondation Abbé Pierre avec le collectif AC le feu a lancé une «caravane de la mémoire» qui sillonne actuellement les banlieues pour soutenir de nouvelles formes d’engagement entre autre  d’inciter les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales.

 

Convaincu que cette marche doit s’inscrire dans l’histoire de la France, François Lamy, ministre délégué à la Ville, n’a pas hésité à débloquer des moyens pour soutenir toute initiative rendant hommage à cette marche.

 

A Nanterre, nous devons continuer à marcher, pour ne jamais oublier qu’il y a 31 ans, Abdenbi GUEMIAH âgé de 19 ans a été la victime d’un crime raciste dans une de nos cités de transit.

 

Marcher encore et toujours ici et ailleurs pour lutter contre toute forme de racisme et d’intolérance, pour éloigner les spectres de l’extrême droite et de toute forme d’intégrisme, pour dire notre attachement aux valeurs républicaines, socle commun de notre société, pour ne jamais banaliser des propos racistes tenus à l’égard de quiconque que l’on soit ministre ou simple citoyen.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *